Le myriophylle à épi, un envahisseur dans nos lacs

Le myriophylle à épi, un envahisseur dans nos lacs

Le myriophylle à épi (Myriophyllum spicatum) est une plante aquatique exotique, qui provient d’Eurasie. Cette plante a des moyens de reproduction étonnants, ce qui lui permet d’envahir facilement nos lacs ou nos cours d’eau. Il est essentiel de la repérer dès son arrivée dans un milieu aquatique et de prendre des précautions pour éviter sa propagation.


Localisation 

Deux colonies de myriophylles à épi ont été répertoriées sur le territoire de l’OBV Haute-Côte-Nord. Le lac Gobeil et le lac Jérôme sont envahis par cette espèce exotique depuis au moins 2016.


Reproduction

Le myriophylle à épi se reproduit de façon sexuée, soit par la formation de graines qui peuvent survivre jusqu’à 9 mois à l’extérieur de l’eau. Par contre, son envahissement est surtout lié à sa capacité à se reproduire de manière asexuée. Un fragment de la plante peut créer un nouvel individu plus loin et ainsi, créer une nouvelle colonie de cette plante nuisible. Un fragment peut rester 1 à 3 heures à l’extérieur de l’eau et réussir à reprendre racine une fois remis à l’eau. Si les fragments sont conservés en groupe, comme autour d’une hélice de bateau, l’humidité qu’elles conservent leur permet de survivre jusqu’à 35 heures à l’extérieur de l’eau. Les fragments se forment naturellement de juillet à septembre, mais les activités nautiques peuvent favoriser le bris des plants.

Il est donc important de prendre les précautions nécessaires pour limiter la fragmentation et pour éviter la contamination de nouveau milieu.


Précaution

La prévention est la meilleure façon de limiter la propagation du myriophylle à épi.

  • Maintenir une bonne bande riveraine pour limiter l’apport en nutriments et en sédiments dans l’eau
  • Éviter l’utilisation d’engrais près de l’eau
  • Ne pas arracher les plants de myriophylle à épi
  • Éviter de circuler dans les colonies
  • En changeant de cours d’eau, nettoyer l’équipement (bateau, ancre, pagaies, remorque, hélice de moteur)
  1. Inspectez l’équipement
  2. Vider toute l’eau
  3. Nettoyer
  • Avec une laveuse à pression
  • À plus de 30 m de l’eau
  • Sur un sol absorbant et sans pente

Ou

Séchez

  • Au moins 5 jours
  • À un taux d’humidité de moins de 65%

Pour plus de détails, lisez : Le myriophylle à épi : petit guide pour ne pas être envahi
http://crelaurentides.org/images/images_site/documents/guides/Guide_Myriophylle_FR.pdf

 

Impacts potentiels

  • Eutrophisation (vieillissement prématuré d’un lac)
  • Diminution de la diversité végétale
  • Favorise la reproduction des insectes
  • Nuit la reproduction des poissons
  • Nuit aux activités récréotouristiques (baignade, navigation, baignade)
  • La valeur des propriétés riveraines peut diminuer


Identification

  

  

 

  1. L’espace entre les verticilles sur la tige est de 1 cm ou plus
  2. Les feuilles ont 12 à 24 folioles (compter plusieurs feuilles)

*Attention certaines espèces de myriophylles originaires du Québec peuvent avoir 3 à 14 folioles, mais ont un espace entre les verticilles de moins de 1 cm.


Où le trouver 

  • Lacs
  • Étangs
  • Chenaux
  • Baies calmes des rivières et fleuves
  • Milieux humides


Si vous observez cette espèce exotique envahissante

Informez l’OBV Haute-Côte-Nord :

  • Date d’observation
  • Localisation de la colonie la plus précise possible
  • Photos :
  • Vue générale de la colonie
  • Une feuille étalée pour voir les folioles
  • Une tige

*Attention à ne pas arracher des sections de myriophylle pour éviter la propagation

Au besoin, il nous fera plaisir de vous aider avec l’identification, il suffit de nous faire parvenir des photos. Contactez-nous !

Phone: 418-233-2323
24 rue de la rivière
Les Escoumins, G0T 1K0