418-233-2323

L'ORGANISME

Historique

En 1996, à la suite des inondations au Saguenay, la Corporation de gestion de la rivière à saumon des Escoumins (CGRSE) mettait en place le Conseil de bassin de la rivière des Escoumins (CBRE). La première réalisation du comité provisoire a été d’élaborer un plan de mesures d’urgence pour les ouvrages hydrauliques présents dans le bassin versant. Cet ouvrage, livré en 1998, a permis de spécifier les caractéristiques propres à chacun des neuf barrages du bassin versant et de définir les interventions à entreprendre en situation d’urgence. Ce document fut accompagné d’un programme de gestion des débits d’étiage qui est possible grâce à des protocoles d’entente entre les différents gestionnaires de barrage.

Toujours en 1998, un portrait sommaire du bassin versant a été réalisé. Il portait sur les thèmes suivants : la géographie, la forêt, la faune et la flore, les aspects socio-économiques, les utilisations de la rivière et la qualité des habitats. Ce document fait en sorte qu’il est possible d’avoir une vision d’ensemble du territoire et une bonne compréhension des problématiques à l’échelle du bassin versant.

Aux prises depuis plusieurs années avec la problématique de conservation des habitats fauniques menacés par des ouvrages hydrauliques désuets, les intervenants du territoire sont riches d’une solide expertise pour la reconstruction de barrages. En effet, plusieurs barrages, construits dans les années 1960 pour favoriser le flottage du bois sur la rivière des Escoumins, ont déjà fait l’objet de projets de reconstruction, les plus importants étant le barrage des Cœurs en 1993, le barrage Boucher en 2002 et le barrage Gorgotton en 2005.

L’organisme à but non lucratif est incorporé depuis juillet 2002. À la suite de la publication de la Politique nationale de l’eau (PNE) par le gouvernement du Québec en novembre de la même année, l’organisme a reçu la confirmation qu’il figurait sur la liste des 33 rivières prioritaires, recevant ainsi l’appui financier du ministère de l’Environnement pour son fonctionnement de base. Le mandat a alors été précisé et élargi pour être conforme aux objectifs de la PNE.

Le CBRE a dès lors procédé à la rédaction du PDEdu bassin versant de la rivière des Escoumins. Au cours des années 2009 et 2010, le CBRE s’est vu attribuer par le MDDEP un agrandissement de son territoire couvrant l’intégrité des bassins versants de la Haute-Côte-Nord. Aussi il lui a fallu transformer son conseil d’administration, ses règlements généraux et ses lettres patentes pour lui donner une meilleure représentation du territoire et de ses acteurs conformément aux directives du MDDEP. Le CBRE a aussi dû changer de nom qui s’est transformé pour devenir l’Organisme des bassins versants de la Haute-Côte-Nord . Le siège social situé à Les Escoumins, étant central, n’a pas changé. Le nouvel organisme travaille depuis le printemps 2010 sur la terminaison du PDE de la Rivière des Escoumins et sur le portrait préliminaire des bassins versants du nouveau territoire. Ceux-ci sont au nombre de dix (10) en plus de nombreux bassins orphelins.

Gouvernance

L’organisme de bassins versants de la Haute-Côte-Nord est un organisme à but non lucratif. Un conseil d’administration le gouverne et est composé des administrateurs suivants:

  • Siège #1: Madame Marie Karine Maltais, Présidente
  • Siège #2: Monsieur Adélard Benjamin,
  • Siège #3: Madame Emilie Lavoie, Secrétaire-Trésorière
  • Siège #4: Vacant 
  • Siège #5: Monsieur Luc Denis,
  • Siège#6: Monsieur Alexandre Gendron
  • Siège #7: Madame Jessie Moreau,
  • Siège #8: Monsieur André Desrosiers,
  • Siège #9: Monsieur Steeve Lemire,
  • Siège #10: Vacant
  • Siège#11: Monsieur Nicolas Moreau, Vice-président

Plan directeur de l’eau

Le Plan directeur de l’eau (PDE) de la Haute-Côte-Nord se compose de quatre parties principales:

  • le portrait qui présente, de manière intégrée, l’information existante portant sur les bassins versants, l’état des ressources en eau, les usages passés et présents ainsi que ceux envisagés.
  • le diagnostic qui révèle les différentes problématiques recensées dans le portrait.
  • les enjeux, orientations et objectifs orientent les problématiques vers des pistes de solutions.
  • le plan d’action ayant pour objectif de corriger ces problématiques.

Vous trouverez également le plan directeur de la rivière des Escoumins, qui a été terminé et approuvé en 2011.

Mandat

L’OBVHCN a pour mission la mise en œuvre de la gestion intégrée de l’eau (GIEBV) des bassins versants, dans une perspective de développement durable. Pour ce faire, il a comme objectif d’instaurer une gestion participative en réunissant les différents utilisateurs des ressources du territoire afin de prendre des décisions concertées. Les buts sous-jacents sont la préservation et la mise en valeur des habitats aquatiques et fauniques, la saine gestion et la sécurité des barrages ainsi que la sensibilisation des usagers et l’éducation populaire.

La gestion de l’eau par bassins versants (GIEBV) en quelques mots… 

Le temps et l’expérience ont démontré qu’une gestion sectorielle et fragmentée des divers usages de l’eau au Québec avait atteint ses limites. À l’instar de nombreux pays, le Québec a donc choisi de mettre en œuvre la gestion intégrée de ses eaux par bassin versant dans une perspective de développement durable.

La GIEBV est un mode de gestion qui tient compte de l’évolution naturelle et anthropique qui a un impact sur la ressource eau à l’intérieur du territoire d’écoulement des eaux, le bassin versant.

Cette gestion est la meilleure façon de tenir compte des besoins des écosystèmes aquatiques et des dimensions multiples et complexes des utilisations de l’eau et des impacts que de telles utilisations entraînent à différents niveaux.

Un bassin versant est « un territoire géographique bien défini par des frontières naturelles qui suivent la crête des montagnes ».

Les Objectifs

La GIEBV a pour objectif de maintenir ou restaurer les usages que les secteurs industriel, commercial, hydroélectrique, agricole et touristique font de l’eau. Ceci a pour conséquence la protection de la santé humaine et l’assurance un climat socio-économique durable.

La mise en œuvre de la GIEBV nécessite la reconnaissance de nouvelles entités au Québec : les OBV dont le financement de base est octroyé par le gouvernement.

Les OBV, en tant que tables de concertation, ont comme mission d’organiser, dans une perspective de développement durable, la gestion intégrée de l’eau à l’échelle de leurs bassins versants respectifs. Cette mission se base donc sur la mobilisation locale et régionale de tous les acteurs de l’eau, sur la coordination de l’ensemble des actions qui peuvent avoir un impact sur l’eau et les écosystèmes associés.. La composition des membres du conseil d’administration (CA) de l’organisme doit être représentative de l’ensemble des acteurs de l’eau. Quarante organismes de bassins versants ont été formés depuis l’annonce de la Politique nationale de l’eau, en novembre 2002.

Faîtes connaissance avec notre équipe