J’adopte un cours d’eau est un programme éducatif de type science citoyenne qui plonge les élèves, étudiants et citoyens participants au service de l’eau. Ses multiples volets font appel à l’étude de l’environnement naturel permettant un diagnostic quant à l’état de santé globale du cours d’eau. Ce constat permettra également de documenter l’impact des changements climatiques sur les écosystèmes riverains.

Cet automne, l’Organisme des bassins versants de la Haute-Côte-Nord a réalisé ce projet avec deux écoles : la classe de Mme Marie-Josée Gagnon de l’école Marie-Immaculée des Escoumins et la classe de Mme Isabelle Bourgeois-Ross de la Polyvalente des Berges des Bergeronnes, permettant ainsi à 24 élèves d’y participer. 

Ils pouvaient ensuite mettre le tout en action durant une sortie de terrain, dans des cours d’eau près de leur école. C’est le ruisseau du Pied des Crans qui a été étudié.

Avec les élèves, les résultats ont ensuite été analysés. Les paramètres physico-chimiques peuvent identifier directement une source de pollution et la composition des macroinvertébrés varie selon l’état de santé du cours d’eau puisqu’ils ont des niveaux de tolérance différents à la pollution.

Le programme comprend plusieurs ateliers en classe : une introduction au projet, à la notion de bassin versant et aux changements climatiques ; un atelier permettant aux jeunes de réaliser des tests physico-chimiques et un autre permettant de s’entraîner à l’identification de macroinvertébrés benthiques (organismes vivants au fond du cours d’eau).

Cette année, une classe a eu la chance d’avoir une surprise dans son filet : un Saumon atlantique ! Il a été évidemment remis à l’eau, ce qui est d’ailleurs le cas de tous les organismes capturés (après avoir été identifié !).

L’école secondaire faisait aussi partie du programme Des rivières surveillées : s’adapter pour l’avenir, projet géré par le Groupe d’éducation et d’écosurveillance de l’eau (G3E), avec la collaboration de l‘Organisme des bassins versants de la Haute-Côte-Nord et est soutenu financièrement dans le cadre d’Action-Climat Québec et rejoint les objectifs du Plan pour une économie verte 2030. Pour l’école primaire, ce projet a été rendu possible grâce à Boralex.